Elles étaient une fois

Synopsis

Une chanteuse et une accordéoniste nous accueillent avec des chansons de cabaret légères et grivoises, nous donnant à entendre une vie sentimentale tumultueuse. 

Reprenant des chansons écrites ou interprétées par des femmes au XXe siècle, les paroles tissent une dramaturgie qui nous emmène dans le drame quotidien d’une femme subissant l'emprise et l’oppression d’hommes violents. 

Alors, sa voix s'élève avec son désir d'être libre. Ce n'est plus que pour elle qu'elle chante, mais pour elles… Elles qui étaient une fois, mais surtout Elles qui sont et Elles qui seront.

En janvier 2023 au

Théâtre les Déchargeurs (Paris 1)

Première page .jpg

Note d'intention

Le spectacle Elles étaient une fois prend ses racines dans le désir de rendre hommage à ces femmes artistes du XXème siècle : Yvette Guilbert, Mistinguett, Fréhel, Patachou, Colette Renard,  Edith Piaf, Anne Sylvestre. Certaines d’entre elles furent oubliées par le public et nous aimerions les remettre en lumière.

Les désirs de liberté artistique, sexuelle et intellectuelle de ces artistes m’ont inspirée lors de la constitution du corpus.  En m’y plongeant plus en détail, ces textes m’ont frappée par leur actualité.

 

Mon idée était de jouer avec les codes du cabaret. Ainsi le spectacle s’ouvre sur “Les Nuits d’une demoiselle” de Colette Renard, puis enchaîne sur d’autres chansons légères comme “La Chose” de Patachou ou encore “Tel qu’il est” de Fréhel, qui parlent de plaisirs simples, du fait de disposer de son corps et de ses sentiments.

Par la suite, les échos entre les chansons interprétées par des femmes toutes singulières nous ont permis de construire une narration racontant l’histoire d’une femme. Accompagnée par une amie accordéoniste, elle nous dévoile son intimité, évoquant en creux les oppressions de genre, les dominations et violences sexuelles et conjugales : (“Mon Homme”, “Quand on vous aime comme ça”).

 

Mais la voix des femmes se libère. La femme s’affirme à travers des chansons plus contemporaines telles que “Juste une femme” d’Anne Sylvestre ou encore “Il était une femme” d’Agnès Bihl. Elle prend alors la parole pour toutes les femmes, toutes celles qui luttent et celles qui ne le peuvent pas. 

 

Après ce cri du cœur, le spectacle se termine sur la chanson d’Anne Sylvestre, “Une sorcière comme les autres” :

“Celle qui parle ou qui se tait, celle qui pleure ou qui est gaie.

Et c’est la soeur ou l’inconnue, celle qui n’est jamais venue,

Celle qui est venue trop tard, fille de rêve ou de hasard.

Et c’est ma mère ou la vôtre, une sorcière comme les autres.”

Pauline Vincent

Pauline 2.jpg

Vidéo : Mila Roulx

Soutiens et partenaires

manufacture_chanson_logo_sans-dessin.jpg
ANNEXE2 Resize 1153x458.jpg
L03-1.png

Deux comédiennes

1V9A1998_edited_edited.jpg

Pauline Vincent

Pauline est comédienne et chanteuse. Elle s’inscrit au conservatoire d’Orléans en section théâtre. En 2018, elle obtient son DET (Diplôme d’études théâtrales). Elle suit la formation à Minsk de l’école Demain le Printemps et se forme en danse, piano, acrobatie, combat scénique en plus du jeu théâtral (techniques de comédien selon le Système de Stanislavski, Meyerhold ou Grotowski...). Elle y développe particulièrement ses compétences en chant et participe à la création d’un Cabaret joué au OFF d’Avignon en 2019.

Elle fait partie de la compagnie L’Atelier 404 depuis 2020 et est assistante à la mise en scène du spectacle Avant la fin, écrit et mis en scène par Louis Ferrand.

Crystel.jpg

Crystel Galli

Crystel est autrice, compositrice, interprète. Elle découvre l’accordéon dès son plus jeune âge et travaille de nombreuses facettes de l’instrument durant son parcours : la musique classique et contemporaine au conservatoire de Fribourg (Suisse), le musette, le jazz, la musique brésilienne, la chanson, etc.

Car la chanson est bien son univers de prédilection : Crystel accompagne de nombreux chanteurs et participe à divers projets de théâtre musical dans lesquels elle se retrouve tantôt accordéoniste, pianiste, chanteuse et comédienne : Ce soir j’attends Madeleine, Au petit bal perdu, A quoi ça sert l’amour, Et si la poste m’était chantée, Moby Dick ou le chant du monstre…

A la mise en scène

Louis Ferrand (35)_edited.jpg

Louis Ferrand

Louis est auteur, comédien et metteur en scène. Il commence à travailler en tant que comédien à Paris auprès de Jean-Laurent Cochet, puis rejoint le Conservatoire du 8e arrondissement et travaille avec Marc Ernotte et Agnès Adam. Il obtient un Certificat d’Etudes Théâtrales en 2018 et part en 2019 pour l'Ecole théâtrale russe de Minsk au Bélarus (chant, danse, piano, combat scénique, escrime, acrobatie, techniques de comédien selon le Système de Stanislavski, Meyerhold ou Grotowski…). En 2021, il rejoint l’Ecole de Mise en Scène Barouf.

En tant que comédien, il travaille en 2018 avec le metteur en scène Luca Giacomoni autour de Hamlet et participe au Protagoras de Platon mis en scène par Yves Beauget (Cie Spectacle-Laboratoire). En 2019, il joue Tchekhov, Tréplev et Trigorine dans une adaptation de La Mouette autour des rêves de ses personnages, présenté au OFF du Festival d’Avignon. Il participe à l'adaptation du roman Francis Rissin, mis en scène par Mélanie Péclat en 2021-2022 et travaille avec plusieurs compagnies en Ile-de-France.

En août 2022, Louis rejoint le GEIQ-Théâtre, compagnonnage de Lyon, où il travaillera comme comédien avec des compagnies de la région pendant deux ans.